Les cannes à mouche

La canne a mouche :

La canne est un des éléments clef de la pêche à la mouche. Qu’elle soit fouettée ou Tenkara, la canne agira comme un ressort de manière à lancer la soie dans les airs, qui elle même entraînera le bas de ligne et la mouche. Grâce à l’association canne/soie, le pêcheur pourra propulser une mouche pesant quelques dixièmes de grammes à plusieurs mètres, voire plusieurs dizaines de mètres.

La conception d’une canne à mouche : 

Auparavant, les cannes à mouches étaient fabriquées en bambou refendu, les tiges de bambous sont redressée au séchage puis fendues en baguettes aux côtés triangulaires. Poncés, ajustés, les morceaux ainsi obtenus sont ensuite assemblées pour former un brin de la canne à mouche. Ce matériau  à pour propriété d’être très flexible, procurant un bon effet de ressort et permettant des posés très discrets et tout en souplesse, convenant à toutes les soies de la plus petite à la plus lourde.

Les cannes en bambous refendu nécessitent d’être rôdées par le pêcheur, s’adaptant à ses mouvements pour ensuite donner le meilleur d’elles même. Cette qualité indéniable est également un défault car la canne se déforme également dans le temps et selon la façon dont elle est utilisée. Comme un instrument de musique en bois, la canne en bambou peut selon son stockage, son utilisation prendre le mauvais pli. De nos jours encore, il est possible de trouver dans le commerce des cannes à mouche en bambou refendu, le plus souvent d’ailleurs des cannes haut de gamme de fabrication artisanale.

Fabrication artisanale d’une canne à mouche en bambou refendu
(Vidéo en langue Anglaise)

Le bambou à été remplacé au fil du temps par la fibre de verre, moins lourde, beaucoup moins chère et  très facile à travailler de manière à modifier l’action de la canne. Munie d’un bon ressort mais encore assez lourde, les cannes à mouche en fibre de verre ont permis de faire évoluer la conception des cannes à mouche très rapidement. Ce matériau simple à usiner à permis la fabrication de cannes à mouche de différentes action, adaptant le materiel aux besoins naissant des pêcheurs à la mouche. Un autre avantage de ces cannes à mouche conçues en fibre de verre réside dans le fait qu’elles ne nécessitent que très peu d’entretien et qu’elles conservent leurs propriétés intactes dans le temps.

Aujourd’hui, la matière la plus commune utilisée dans la conception d’une canne à mouche est la fibre de carbone. Assez résistante, très légère, très flexible et dotée d’un ressort puissant, la fibre de carbone a permis la création de cannes à mouches performantes à prix abordables autant que de cannes à mouche d’utilisations très pointues.
Des matériaux a la pointe de la technologie tels que la fibre de bore, issue de l’industrie aéronautique et spatiale fais leur apparition ces dernières années, permettant la fabrication de cannes encore plus légères, plus nerveuses passant encore mieux dans le vent. Leur prix très élevé est probablement la raison qui a fait que ce type de matériaux n’a pas attiré beaucoup les pêcheurs à la mouche.

Les éléments composant une canne à mouche :

Une canne à mouche moderne est composée d’un assemblage de plusieurs brins en fibre de carbone appelés blank lorsqu’ils sont à leur état brut. Ces brins sont dégressifs et ont comme caractéristique commune, un côté plus résistant au pliage appelé nerf du blank. Ce nerf doit être linéaire, c’est à dire former une ligne droite lors de l’assemblage des brins. C’est lui qui conférera la puissance à la canne et qui lui donnera son ressort. Il est déterminé lors de la fixation des anneaux à la canne à mouche.

Sur le brin de départ de la canne à mouche est fixé une poignée de liège. Plusieurs formes et compositions de poignée existent. Selon la taille de la canne un talon de combat permettant l’appui de la canne contre le pêcheur lors de la remontée de gros poissons peut être fixé à extrémité basse du premier brin. Ce premier brin supporte également le porte moulinet, support en plastique, bois, aluminium ou carbone qui permettra la fixation du moulinet. Ce porte moulinet doit être équilibré et ne présenter aucun jeu une fois le moulinet fixé afin de ne pas perturber le lancé.

Les caractéristiques d’une canne à mouche :

La taille de la canne à mouche :

la longueur de la canne est généralement exprimée en pieds et en pouces pour les cannes à mouche fouettée et en cm pour les cannes à Tenkara. Un pied représente 30,48 cm, un pouce est égal à 2,54 cm.
La taille est inscrite  comme cela sur la canne à mouche :  9′ c’est à dire 9 pieds et 1′ ‘ c’est à dire 1 pouce.

Vous pouvez vous aider du tableau ci-dessous pour déterminer précisément la longueur d’une canne à mouches :

convertisseur de taille pieds/pouces/cm

Taille de la canne en Pieds Taille de la canne en cm Taille de la canne en Pouces Taille de la canne en cm
1 30,48 1 2,54
5 152,4 2 5,08
6 182,88 3 7,62
7 213,36 4 10,16
8 243,84 5 12,7
9 274,32 6 15,24
10 304,8 7 17,78
11 335,28 8 20,32
12 365,76 9 22,86

Ainsi, une canne à mouche de 7’6′ ‘ mesurera 213,36 cm + 15,24 cm donc : 228,60 cm

Le choix de longueur et du nombre de brins composants la canne à mouche :

Au début du siècle, les maîtres anglais utilisaient des cannes à mouche très longues, dépassant 3 mètres. Les pêcheurs paysans du Massif central et plus généralement ceux des régions torrentueuses faisaient de même. Pour eux, au contraire des Anglais qui pêchaient dans des rivières relativement calmes avec de vastes pools, la longueur de la canne était souvent une condition de réussite. Dans ces eaux très mouvementées, le fait de poser la soie entraîne rapidement le dragage  (déplacement de la mouche tirée par le bas de ligne).

Cette longueur permet également d’animer à volonté la mouche sur le poste du poisson, à l’intérieur de sa fenêtre. Cela donne toujours de très bons résultats, car cette animation amplifie le signal attaque lié au mouvement.

Actuellement, sous l’impulsion de pêcheurs normands, les cannes à mouche se sont singulièrement raccourcies. C’est parfois une bonne chose mais souvent une erreur. Nous allons voir que la longueur d’une canne n’est pas définie une fois pour toutes; elle doit s’adapter à la technique du pêcheur, celle-ci restant obligatoirement liée aux eaux pêchées. –

Les cannes longues mesurent 9, 10, voire 11 pieds. Les pêcheurs à la mouche ont l’habitude d’utiliser cette unité anglaise. C’est une faute commise au détriment du système métrique et des règlements en vigueur mais l’habitude est prise. Beaucoup de moucheurs se représentent difficilement une longueur de canne en centimètres, alors qu’ils imaginent tout de suite une canne de 9 pieds. Ces cannes peuvent avoir plusieurs utilisations. Très robustes, équipées de soies lourdes (n° 7 à 9), elles servent à pêcher en réservoir et dans les grandes rivières très puissantes. Elles se manœuvrent à une main. Il existe aussi de grands fouets, de 12 à 14 pieds, pour la pêche du saumon, qui se lancent à deux mains. On trouve des cannes longues d’action anglaise, très molles, destinées à lancer des soies ultra-légères. Elles ont alors une utilisation bien différente : en torrent, dans toutes les rivières rapides aux postes minuscules bien démarqués, elles permettent une pêche très précise, avec des lancers courts, sans poser de soie. C’est la technique dite « de la pelaude », qui est très pratiquée dans le Massif central. Cette façon de procéder, une des meilleures en torrent, perd toute efficacité dès qu’on pêche au bord de grandes plages, des pools lisses où les poissons sont plus difficiles à localiser. Les cannes moyennes mesurent entre 8 et 8,6 pieds. Ce sont les plus répandues et les plus utilisées dans notre pays. Elles s’adaptent à toutes les conditions et permettent de pêcher aussi bien en grande rivière que dans les ruisseaux moins encombrés. Les cannes courtes et ultra-courtes, de 5,6 à 6,6 pieds, sont restées longtemps ignorées de beaucoup. Elles redeviennent d’actualité, car elles permettent de passer partout, de pêcher dans des ruisseaux très encombrés. Les lancers de 5 à 10 m suffisent amplement pour prendre des truites peu méfiantes. La soie restant assez basse la pointe du scion est beaucoup plus discrète.

La taille de la soie en rapport avec la puissance de la canne à mouche :

Les différentes actions d’une canne à mouche :

Les cannes à mouche peuvent avoir de to ente selon leur conception et leur manière d’ er les efforts les premières cannes des maîtres moucheurs en bambou refendu étaient très molles », elles pliaient beaucoup Elles étaient donc très lentes, d’un rythme Impératis longues, elles permettaient et des posers tout en souplesse et l’utilisation de soies minuscules ultra légères très discrètes. De nos jours, grâce aux matériaux moderne les constructeurs ont su varier les actions des cannes et obtenir un éventail de possibilité -on-o-o-o

L’action de pointe caractérise des cannes qui ne plient que sur la pointe au niveau du scion, au moment du lancer Elles sont très dures et peuvent sans risque se prêter à des adaptations plus variées que les premières Elles lancent généralement des soles plus lourdes et permettent d’atteindre des distances importantes. Ce genre de canne un e surtout dans des rivières larges ou il faut aller chercher le poisson très loin et en réservoir ou seule la distance du lancer a une importance primordiale

L’action parabolique est la plus répandue. La canne encaisse l’effort et plie sur toute sa longueur d’une maniere progressive de la pointe jusqu’au talon selon un schéma mathématique qui facilite les lancers un défaut → 1 semble que seuls les modèles de haut de gamme sont parfait mais est ce seulement propre aux cannes à mouche : Toutes les variantes entre ces différentes actions sont possibles. L’avènement de la pêche en réservoir a vu la création de cannes très puissantes plus longues que celles qu’on utilise d’ordinaire en rivière et qui permettent de lancer des soies très lourdes  pour atteindre des distances importantes, condition de la réussite en eaux mortes

 

Une canne à mouche pas comme les autres : La canne à tenkara

Les différentes utilisations des cannes à mouche :

La pêche à la mouche en rivière

La pêche à la mouche en réservoir

La pêche à la mouche en  mer

La pêche du Saumon à la mouche

La pêche à la mouche des carnassiers :

Brochets, perches, black bass sont des poissons qui peuvent être pêchés à la mouche grâce à des leurres appelés Poppers, Streamers ou autres imitations d’espèces aquatiques ou terrestres.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *